All about lips

If you know me, you know I love a red lip. It makes me feel polished, powerful, put together. I have been loyal to the same brands for years.

If you know me, you know I love a red lip. It makes me feel polished, powerful, put together. I have been loyal to the same brands for years.

I have been loyal to NARS lip pencils for two decades. And I still love Dragon Girl and Sex Machine. In the last year or so, however, I have discovered some new brands, both reds and pinks…

Here are my current favorites lip products.

Guerlain Le Rouge Perfecto in 01. Super soft, sheer, pink that feels like a lip balm. The pink leather case is also a jewel in itself. (Did you know that Guerlain introduced the first commercial lipstick in 1828… it was a lip pomade).

Lucie Pompette lip pencils. These have pretty much replaced my NARS addiction. Rouge La La is my favorite bright red. Added benefit: it stays on all day, actually all night too (I have had many 6 am Soulcycle classes with this lipstick still on from the previous day, after face washing and tooth brushing, and does not dry out my lips.

I take care of my lips with Aveda’s Lip Saver. The best lip balm ever made if you ask me.

 And in the dead of winter, when my lips are chapped, nothing beats Elizabeth Arden’s 8 Hour Cream. A cult favorite that is just that good.

 What are you currently using?

 

“B” pour Blog

Dans mon film favori de David Lynch – Sailor et Lula – Nicolas Cage parle de sa veste en peau de serpent comme du « symbole de son individualité et de sa liberté personnelle ». Pour moi, ce symbole, c’est l’écriture.

Dans mon film favori de David Lynch – Sailor et Lula – Nicolas Cage parle de sa veste en peau de serpent comme du « symbole de son individualité et de sa liberté personnelle ». Pour moi, ce symbole, c’est l’écriture.

En écrivant on se réinvente, on se multiplie. Le chat a beau se targuer d’avoir neuf vies, moi je crois que celui qui écrit peut en avoir bien plus encore ! On peut même créer de nouveaux espaces d’existence, ou échanger sa vie contre une rêverie. Libre et libéré.

L’écriture est ma passion. Elle me permet d’aller vers l’autre et de dialoguer, malgré ma réserve. J’aime aussi sa dimension sensuelle : une dentelle d’encre, une pudeur audacieuse… Et à chaque nouvelle page blanche, une respiration profonde suivie de battements accélérés. C’est palpitant.

Aujourd’hui, mes sœurs et moi nous nous retrouvons dans l’écriture ; l’une à côté de l’autre, chacune avec son style, son tempérament, sa plume. Pour un ensemble qui promet de fleurir par le partage. Ce blog, à peine lancé, nous réunit déjà davantage et rien ne pourrait me faire plus plaisir ! Je vous souhaite une heureuse lecture de cette partition à quatre mains.

 

J’ai testé… la PRP

La semaine dernière ma fille Sasha est partie en vacances de ski. Et que font les mamans lorsque les petits sont partis ? Et bien elles dansent, pardi ! Alors à la fin de la semaine, pour redonner de l’éclat à ma peau fatiguée… j’ai testé les injections de PRP.

La semaine dernière ma fille Sasha est partie en vacances de ski. Et que font les mamans lorsque les petits sont partis ? Et bien elles dansent, pardi ! Alors oui, je suis sortie. J’ai fait des folies. Un peu, beaucoup, passionnément… À la fin de la semaine, j’ai réalisé que je n’avais plus 20 ans et surtout que mes cernes trahissaient mes nuits trop courtes. Pas besoin de vous faire un dessin : traits tirés, ombres sous les yeux, l’air fatigué, quoi ! Et le maquillage n’y pouvait plus rien. Je n’ai donc pas hésiter à tester le fameux « Vampire Lift » à Forever Institut.

Le Plasma Riche en Plaquette (PRP) provient d’un échantillon de son propre sang qu’on centrifuge pour en récupérer le meilleur. Des petites molécules magiques qui sont censés régénérer nos cellules, stimuler la production de collagène et réparer les tissus. Je prends !

Premièrement, le plasma qu’on se fait réinjecter est jaune, pas rouge. Donc le terme « Vampire Lift » peut être trompeur. L’autre chose que j’ai découvert, c’est que le traitement est franchement douloureux – d’autant plus que je suis particulièrement douillette ! Donc, mon « j’ai testé le PRP » est vite revenu à tester, en parallèle, le fameux « gaz hilarant » (protoxyde d’azote). Pour ceux qui n’en ont jamais entendu parler, ce gaz monte vite à la tête et brouille les souvenirs ; je suis donc passée de « plus jamais je ne ferai ce traitement ! » à « finalement c’était très chouette, merci beaucoup, on refait quand ? ».

La douleur provient de l’acidité de l’anticoagulant et de la technique d’injection qui vise à former des papules sous la peau. Craignant une overdose d’hilarité, la Dr. Bani a rapidement décidé d’adapter la technique à mon seuil de tolérance à la douleur : elle a opté pour de la mésothérapie (micro-perforations superficielles à l’aiguille, en nappage), ce qui est nettement plus supportable ; même si c’est un peu moins efficace ! Le soin s’est terminé par un massage doux du visage, du cou et du décolleté avec le reste de plasma mélangé à ma crème préférée, Kantic by Alchimie Forever.

Alors, verdict ? Le lendemain déjà, ma peau est plus nette, plus lumineuse, plus douce ; j’ai même hésité à me maquiller, ce qui ne m’arrive jamais ! Les bienfaits devraient s’intensifier au cours des prochaines semaines. Alors oui, je ferai le protocole entier avec les 2 autres traitements préconisés ; mais je mettrai une crème anesthésiante avant !

Et je vais quand même voir si je ne peux pas tester un autre traitement moins douloureux mais tout aussi bien adapté aux besoins de ma peau et de me 35 ans…

 

Self love

Valentine’s Day is all about loving the other, if you have an other in your life. I must admit I have mixed feelings about this “holiday.” While my sisters and I agree to disagree on how wonderful “la St. Valentin” is, what we do agree on unanimously, is that self-love is essential to wellness and happiness. And that we all still need to be reminded to practice self-love, everyday. Here is how we do it.

Valentine’s Day is all about loving the other, if you have an other in your life. I must admit I have mixed feelings about this “holiday.” While my sisters and I agree to disagree on how wonderful “la St. Valentin” is, what we do agree on unanimously, is that self-love is essential to wellness and happiness. And that we all still need to be reminded to practice self-love, everyday. Here is how we do it.

Roxane:

After two years of dating, my now husband surprised me with a delicately wrapped gift. I removed the bow from the box to discover a black see-through bra with matching panties. The instant I tried them on, I fell in love with lingerie. Whether it’s a bra, panties, a corset or a nightgown, I love them all. There’s one for every occasion, every mood, every color. My two favorite brands are Chantal Thomas and Aubade, both French, one is saucy and glamorous, the other elegant and seductive. Yes, lingerie is definitely what I associate the most with self-love. Every morning, they make me feel delicate, audacious, and provocative all at the same time. Throughout the day, they remind me that looking good, means feeling good, means doing good. Just for myself (although sometimes for him too).

Rachel:

As long as I can remember, my mother always told me that taking care of myself, of my body, of my soul was absolutely essential. Not for someone else… but as a self-love ritual. So when I am feeling down and have only myself to take care of, I go for a manicure at the Nailbar or indulge in a foot massage. I then go home, pour myself a glass of champagne or good red wine, and get into a warm, bubbly bath. Candles, lounge music and an Alchimie Forever scrub are all I need for the moment to become perfect; every single time, this ritual makes me feel relaxed, beautiful, and soft-skinned, ready to take care of others again.     

Cyrille:

Taking care of my loved ones comes naturally to me. Period, no question-mark. On the other hand, I feel self-love as more of a quest. Is it spending more time with myself? Being in tune with my desires? Does it involve pampering? Does it require being a little selfish? I am still learning what self-love really means to me. Last Saturday I practiced yoga that made me connect with my breath, my body, even my blood. After the session, still in a blissful state of inner quiet, I walked to my favorite place in Geneva – Bains des Pâquis. On the menu: sauna overlooking the lake and a vegetable soup. Add the company of a beautiful and true friend, and I can say it’s the closest thing to self-love I’ve experienced so far in 2018.

Ada:

To me, self-love is solitude and silence, and lots of creams and lotions and potions. Being alone in silence is how I reflect, recharge, and selfishly spend time on myself, with myself, for myself. As long as I’m not working, it doesn’t matter if I am reading, watching a movie, daydreaming, or cleaning out my closets during that quiet alone time. My product rituals also help me find self-love (not the bath or shower part though). It’s like all day every day I take care of others (family, team members, customers, friends). But in my bathroom, applying layers of serums, creams, lotions, I connect with myself, with my face and body. What they say about the power of human touch is so true… even if it’s my own.

Dr Roxane : la deuxième génération des Dr Polla, la relève médicale.

Samedi dernier, je me retrouve sur les bancs de l’université. Sans mon cahier cette fois-ci. Mais avec mon cœur et ma fierté, en tant que médecin, pour recevoir mon diplôme.

Samedi dernier, je me retrouve sur les bancs de l’université. Sans mon cahier cette fois-ci. Mais avec mon cœur et ma fierté, en tant que médecin, pour recevoir mon diplôme.

 

Le point fort de cette cérémonie aura été le discours du parrain de notre volée, le Professeur Chappuis, chef de service de Médecine Tropicale et Humanitaire. Il nous rappelait que même si peu d’entre nous allaient rejoindre des organisations telles Médecins sans Frontières, nous aurons tous le devoir de mettre notre humanité au service de son prochain. On pense devoir parcourir des kilomètres pour aider les autres, alors qu’avec un peu d’attention, on se rend compte que la détresse est à notre porte.

 

« Notre voisine de 90 ans qui habite au 1er, a perdu son mari il y a quelques années. Elle vit seule maintenant et a perdu son chien la semaine passée. Elle a perdu du poids ces derniers temps, mais surtout elle a perdu goût à la vie.

Notre voisin de palier de 54 ans, mécanicien de précision, voit moins bien depuis quelques temps. Son médecin lui a parlé de dégénérescence maculaire mais il n’a pas vraiment compris de quoi il s’agissait. Il craint surtout de perdre son travail s’il en parle à son chef, à qui que ce soit d’ailleurs.

Notre voisin du 6ème, banquier, qui habite l’attique de 300m2 et roule en Porsche vient de raccrocher avec son médecin. Il doit faire des examens complémentaires parce qu’on aperçoit une tâche sur la radio de ses poumons. Il est terrifié. »

 

La médecine, qu’elle soit humanitaire ou esthétique, s’exerce avec le même altruisme et la même empathie. Chaque geste et chaque parole ont pour mission d’aider l’autre à retrouver son bien-être. Pour reprendre les mots d’une de ma (désormais) confrère, “nous pouvons être fiers de faire l’un des plus beaux métiers du monde”. Une chose est sûre, samedi, j’étais fière.

 

IMG_2959

Ada, Cyrille, Rachel and Roxane Polla embody the 2nd generation of “Forever” family businesses. Complicit and complementary, the sisters put their power of 4 towards the development of their three brands: Forever Institute, Forever Boutique and Alchimie Forever. They build the future on a shared heritage: audacity of innovation, value of work, passion for aesthetics.