21 jours

“Dry January” et “dry July”; j’ai testé 21 jours sans alcool. Je recommande à tous cette expérience qui fait un bien fou au corps et à l’esprit!

21 jours

Pour la première fois, en janvier 2019, je me suis proposé le défi personnel de traverser 21 jours sans boire d’alcool. Une amie m’avait parlé du concept de « dry January »,  l’idée étant qu’après les « orgies gastronomiques » souvent bien arrosées de décembre, on met son foie au repos le premier mois de la nouvelle année.

En me renseignant sur le concept, j’ai appris qu’il faut 21 jours pour changer une habitude. J’aime les chiffres, les équations et les challenges ; j’en ai donc fait mon affaire.

J’ai rempli mon frigo de bière sans alcool, de Schweppes et de bitters pour avoir le choix d’une boisson attrayante en rentrant du travail. Je ne suis pas beaucoup sortie durant cette période, mais les quelques occasions d’afterwork entre copines n’ont pas été difficiles à gérer. Une fois lancée, je me sentais de plus en plus forte et heureuse de vivre cette toute nouvelle expérience.

J’ai commencé à ressentir les bienfaits de cette démarche dès la première semaine. Mes nuits étaient plus sereines et mon sommeil plus profond. Même en ne dormant que 6 à 7 heures – ce qui ne me suffisait pas auparavant – je me sentais reposée le lendemain au réveil.

Au bout de deux semaines, ma peau était plus lumineuse, et mes rougeurs sur les joues et le menton s’étaient estompées. Le matin je remarquais mon visage moins gonflé, surtout au niveau des poches sous les yeux. En revanche je n’ai constaté aucune amélioration de mes sensations de jambes lourdes. Ma fragilité veineuse à ce niveau-là doit être héréditaire. Je n’ai pas non plus perdu de poids – non pas que je le souhaitais ! Mais on parle souvent de la teneur calorifique de l’alcool.

Enfin, dès la troisième semaine je ne ressentais déjà plus l’envie de boire, même en sortant pour un apéro ou un diner en famille.

Le plus surprenant a été la confirmation de cette « règle » des 21 jours. Mes habitudes ont réellement changé, de manière très naturelle. Alors que pendant des années je consommais un à deux verres de vin tous les soirs, après ces 21 jours je n’en avais plus l’automatisme, ni l’envie. J’ai recommencé à boire quelques soirs par semaine, en bonne compagnie, et pour une occasion sociale.

Mon mental a également bénéficié de ce jeûne. Chaque jour j’ai perçu ma force et ma confiance en moi s’accroître. Je me suis sentie rassurée, et en ai tiré autant de satisfaction que de fierté et de gratitude envers moi-même. Une belle palette d‘émotions positives qui sont toujours les bienvenues !

J’ai réitéré l’expérience le 1er juillet, lors du passage à la seconde moitié de l’année, accompagnée de l’énergie dépurative de la nouvelle lune. Aujourd’hui nous sommes le 21 juillet, et je bois une evian aromatisée à la framboise en écrivant ce blog. La différence cette fois-ci est que je me suis permis un écart pour fêter mon anniversaire. Sans regret ! Je sais à présent que j’ai la force et la volonté nécessaires pour changer une habitude qui ne me convient plus ; et mon objectif est la maîtrise plutôt que le contrôle. Je continue d’apprécier les saveurs et la chaleur d’un bon vin, ainsi que la frivolité festive d’un cocktail de temps en temps.

Blog 1 The-Polla-Sisters

 

 

I tested sauna and winter swimming.

Recently my sister Cyrille made me rediscover a magical place in Geneva called “Les Bains des Paquis”, which offers a multitude of activities, including sauna and winter swimming.

Each time I go back to Geneva (I now live in Lausanne), I include this new ritual in my visit: three 20 minutes sessions of sauna (90°C/200°F) broken up by swimming in the lake (7°C/45°F). I then take a hot shower and head to the relaxation room where I lather my body with Alchimie Forever products, curl up in a blanket, drink water and read.

Here is wat I love the most about this Nordic tradition.

It is invigorating. Every time, I come out much more energized than I came in and my body and my skin also feel and look healthier. Wim Hof, nick named the Iceman for his ability to maintain a constant body temperature in extreme cold conditions, has generated a lot of interest over the past years on the health benefits of the cold. Many interviews and scientific papers discuss effects on body fat, immunity, depression, muscles, inflammation and sleep.

It helps me with my body image. You can wear a swimsuit, but most people are naked. No one is there to judge. People are only interested in the physical and spiritual experience of the sauna and winter swimming. Being naked with others without feeling any judgment helps me love my body as it is.

It is beautiful. The sauna is on the lake, which makes you feel like you are in the middle of nature even though you are in the middle of the city. From the sauna’s windows, you have a beautiful view on Geneva and the lake regardless of weather or time of day.  The saunas are extremely clean (each part of your body needs to be resting on your towel) and it always smells good thanks to the eucalyptus water regularly pored over the hot stones (no sweaty smell).

I truly recommend this experience to everyone, even those of you who do not like the cold, you’ll be surprised, I promise.

 

APC_0118

I tested laser hair removal

Laser hair removal is one of the first treatments I tried at Forever Institut. I started feeling self-conscious about my body hair around the age of 12. By then I had already set my mind on shaving, since I had had a traumatic experience with waxing. When I was 8 years old, my older sister Cyrille thought it would be fun to wax my legs as one of her “experiments”. It might have been fun for her, but definitely not for me. Thus when the time came to take matters into my own hands, I bought a razor.

Personally, I find shaving to be tedious and repetitive, it is a “to-do” that neither enriches my day nor teaches me anything. It feels like a waste of precious time. That’s one of the reasons I love laser hair removal; once it’s done, it’s that much time I get back for things I actually enjoy. Trust me, these few minutes per day in the shower add up…

My legs, underarms, and bikini have been hairfree and soft for 15 years now. I’m always ready for a last-minute pool party, always feeling my  best. My skin looks much more beautiful because it never shows that shaving “stubble”.

I’ve converted many of my friends to laser hair removal since. Here are the tips I have shared with them:

  • Winter is the perfect season for laser treatments because most of us have lost our summer tan. We have been hiding our arms and legs in sweaters and pants, and our skin has had time to come back to its natural color. This is essential in order to avoid side effects from this laser treatment.
  • Tanned skin is not to be confused with dark skin. If your skin is naturally dark, you can use the Nd:Yag laser for hair removal.
  • Don’t hesitate to use anesthetic cream (Emla), it really makes a difference. I don’t prescribe to the “no pain no gain” philosophy!
  • It takes about 7 to 9 sessions (one session every 6 weeks) for a definitive result but each treatment provides soft and hairfree skin.
  • After a laser treatment, your skin can be a little irritated. Nothing works better than the Alchimie Afterlase body milk to help to soothe that inflammation and restore comfort and softness.

 

Photo: Guillaume Varone

J’ai testé le botox axillaire

Il fait beau, il fait chaud, c’est l’été, c’est le pied, mais… je transpire beaucoup et l’odeur me gêne. Alors j’ai pris l’habitude d’utiliser un déodorant puissant qui contient des sels d’aluminium, parce que les autres ne fonctionnent pas sur moi.

Sachant que je suis mal à l’aise à l’idée de sentir mauvais sous les bras, ma sœur Cyrille m’a convaincu d’essayer le botox axillaire. Je savais que nos médecins pratiquent ce traitement à Forever Institut mais je pensais qu’il était réservé aux clients souffrant d’hyperhidrose – un état pathologique de production excessive de sueur. Et bien non, c’est pour tout le monde ; j’en suis la preuve.

Voici comment s’est déroulé la séance d’injection. J’ai appliqué du gel anesthésiant 1h avant parce qu’apparemment sans cela, on a mal. Avant de réaliser les piqures, Dr Benadiba a quadrillé mes aisselles au crayon. En tout, une trentaine d’injections par côté. Hyper rapide, en 10 minutes c’était fait, et je n’ai même pas senti l’aiguille.

L’effet a mis quelques jours pour se manifester, et depuis – c’est incroyable – j’ai l’impression de ne plus transpirer des aisselles. Après une semaine je suis passée à un déo bio et léger, et constatant que cela suffisait, j’ai même osé ne rien mette du tout. Quelle libration ! Fini les auréoles. Et fini les traces blanches de déo sur les habits.

Je vous avoue j’avais une crainte, c’était que me corps compenserait la diminution de transpiration des aisselles en suant plus d’une autre zone. Mais je n’ai pas l’impression que ce soit le cas.

Maintenant, la question que je me pose c’est vais-je le refaire dans 4 mois ? Certes je transpire moins en hiver mais l’odeur me gêne quand même, alors pourquoi pas ?

Make-up your mind – mon avis sur le maquillage

Mes sœurs et moi avons grandi dans un univers résolument féminin ; et pourtant le maquillage n’en faisait pas partie. Je n’ai jamais vu ma mère se maquiller – encore moins mes grand-mères. Ce n’est pas un geste de beauté qui m’a été transmis ou qui m’a fait rêver.

Mes sœurs et moi avons grandi dans un univers résolument féminin ; et pourtant le maquillage n’en faisait pas partie. Je n’ai jamais vu ma mère se maquiller – encore moins mes grand-mères. Ce n’est pas un geste de beauté qui m’a été transmis ou qui m’a fait rêver.

Depuis que nous avons ouvert Forever Boutique, je découvre cette touche artistique dans toute sa subtilité. A chaque fois que j’y passe une journée j’ai le privilège de me faire maquiller par l’une de nos talentueuses make-up artists. Je les fais rire avec mes grands principes « pas trop de fond de teint ! pas de fard à paupière ! pas de blush ! ». Elles font le minimum… et à chaque fois je trouve le résultat spectaculaire.

Alors est-ce que j’ai adopté la trousse de maquillage ? Non. Mais je peux maintenant parler de make-up en connaissance de cause. Et voici mon bilan :

  • Le fond de teint

En faisant régulièrement des séances de lampe flash (IPL), je parviens à garder un teint clair et unifié et une peau qui reflète bien la lumière. Donc je préfère m’abstenir. Reste tout de même la problématique des cernes que je n’ai pas encore résolue…. Affaire à suivre !

  • Le mascara

Sur moi ça finit toujours par couler. Mais je ne peux plus me passer de l’effet WOW qu’il a sur mon regard. Donc je me suis convertie aux extensions. Je recommande Marie au Beauty Square – les yeux fermés!

  • Le rouge à lèvres

Les rares fois où j’en porte, je n’utilise que des teintes nude ou simplement du gloss. Je vous avoue que l’effet repulpant et hydratant que me procure l’acide hyaluronique, c’est tout ce qu’il me faut. Mes baisers sont généreux et ne laissent pas de trace…

J’ai testé… la PRP

La semaine dernière ma fille Sasha est partie en vacances de ski. Et que font les mamans lorsque les petits sont partis ? Et bien elles dansent, pardi ! Alors à la fin de la semaine, pour redonner de l’éclat à ma peau fatiguée… j’ai testé les injections de PRP.

La semaine dernière ma fille Sasha est partie en vacances de ski. Et que font les mamans lorsque les petits sont partis ? Et bien elles dansent, pardi ! Alors oui, je suis sortie. J’ai fait des folies. Un peu, beaucoup, passionnément… À la fin de la semaine, j’ai réalisé que je n’avais plus 20 ans et surtout que mes cernes trahissaient mes nuits trop courtes. Pas besoin de vous faire un dessin : traits tirés, ombres sous les yeux, l’air fatigué, quoi ! Et le maquillage n’y pouvait plus rien. Je n’ai donc pas hésiter à tester le fameux « Vampire Lift » à Forever Institut.

Le Plasma Riche en Plaquette (PRP) provient d’un échantillon de son propre sang qu’on centrifuge pour en récupérer le meilleur. Des petites molécules magiques qui sont censés régénérer nos cellules, stimuler la production de collagène et réparer les tissus. Je prends !

Premièrement, le plasma qu’on se fait réinjecter est jaune, pas rouge. Donc le terme « Vampire Lift » peut être trompeur. L’autre chose que j’ai découvert, c’est que le traitement est franchement douloureux – d’autant plus que je suis particulièrement douillette ! Donc, mon « j’ai testé le PRP » est vite revenu à tester, en parallèle, le fameux « gaz hilarant » (protoxyde d’azote). Pour ceux qui n’en ont jamais entendu parler, ce gaz monte vite à la tête et brouille les souvenirs ; je suis donc passée de « plus jamais je ne ferai ce traitement ! » à « finalement c’était très chouette, merci beaucoup, on refait quand ? ».

La douleur provient de l’acidité de l’anticoagulant et de la technique d’injection qui vise à former des papules sous la peau. Craignant une overdose d’hilarité, la Dr. Bani a rapidement décidé d’adapter la technique à mon seuil de tolérance à la douleur : elle a opté pour de la mésothérapie (micro-perforations superficielles à l’aiguille, en nappage), ce qui est nettement plus supportable ; même si c’est un peu moins efficace ! Le soin s’est terminé par un massage doux du visage, du cou et du décolleté avec le reste de plasma mélangé à ma crème préférée, Kantic by Alchimie Forever.

Alors, verdict ? Le lendemain déjà, ma peau est plus nette, plus lumineuse, plus douce ; j’ai même hésité à me maquiller, ce qui ne m’arrive jamais ! Les bienfaits devraient s’intensifier au cours des prochaines semaines. Alors oui, je ferai le protocole entier avec les 2 autres traitements préconisés ; mais je mettrai une crème anesthésiante avant !

Et je vais quand même voir si je ne peux pas tester un autre traitement moins douloureux mais tout aussi bien adapté aux besoins de ma peau et de me 35 ans…