Happy Beautiful Father’s Day

For Alchimie Forever’s Father’s Day Newsletter, Ada asked me a beauty related wisdom I learned from our dad, but there are so many that I wanted to share more than one with you.

  • Wear sunscreen. Every single day. Even though I’ve heard this my entire life, once in while I forget. I regret it instantly. I feel so stupid because I know that my skin aged one whole year in a single day. I know my shoulders, neckline and upper arms are the most sensitive, so on top of applying and reapplying sunscreen, I try to wear covering t-shirts instead of tank tops whenever I’m in the sun for a while. Also, having a SPF day cream helps me to never forget to protect my face.
  • Do not permanently mark your skin. Since I was twelve, I’ve thought of getting a tattoo, but each time I think about it, I keep hearing my dad’s voice and picturing our clients who come to Forever Institut to remove theirs.
  • Be physically active. It took me a while to understand that one. Growing up I used to horseback ride at least three hours a day so I never knew what not being physically active meant. When I stopped riding, it took me a while to find other physical activities I enjoyed as much and for a long time I felt like I had lost some of my power. A power that comes from within. A power that comes from feeling your body strong.
  • Stay away from your zits. You can definitively see on my face where I resisted the temptation of touching my zits and where I caved in. Thankfully, laser treatments exist to help erase the scars on my face. This will be the next treatment I’ll try this winter at Forever Institut.
  • Beauty should be present in all areas of your life. Create a lovely living and working space. Choose quality over quantity when it comes to clothes. Surround yourself with beautiful art pieces, whether it’s at home or at work. This is one of many qualities I love about my husband Guillaume. Thanks to his sense of esthetics, he makes our home so pretty and chooses the perfect clothes for me.
  • Everyone is beautiful at 20 years old. If you want to stay beautiful as life goes on, you have to take care daily of your skin, body and soul. I try my best, and for now I feel prettier at 31 than I did at 20.

Petit carnet d’adresses

Les montagnes russes du confinement, j’en suis encore toute étourdie ! L’inquiétude, la gratitude, l’isolement, la solidarité, l’éloignement, le rapprochement, l’essentialisme, la privation… Ce qui m’a le moins manqué ? La pollution sous toutes ses formes, et le shopping. Ce qui m’a le plus manqué ? Le contact physique, assurément. Mais également certains rituels et lieux de plaisir. J’en partage volontiers quelques-uns avec vous 😊

  1. Mes séances d’ostéopathie avec Camille. C’est un prodige. Quelles que soient mes douleurs (maux de tête, dos, ventre, chevilles et j’en passe) il les fait disparaître en moins d’une heure. Tout en douceur. Je ressors de son cabinet magnifiquement alignée, apaisée et légère. Dorénavant je n’attends plus d’avoir mal pour lui rendre visite.

Camille Troger, Cabinet Thera-centre, 17 rue Saint-Laurent, Genève

  1. Mes séances de coiffure et « beauty talks » avec Lou. C’est une fée. Elle te protège de tes propres mauvaises idées. Ça c’est de la magie ! Elle comprend ton cheveu mieux que toi ; elle ne coupe jamais plus que nécessaire ; n’éclaircit jamais trop ; trouve toujours le moyen de mettre en valeur tes atouts capillaires ; ne t’utilise jamais comme modèle pour tester une nouvelle idée. Résultat TOUJOURS naturel et impeccable. Qui peut en dire autant de son coiffeur ?

Anha Lou, Parallèles Coiffure, 3 Grand-Rue, Genève

IMG_3414

  1. Le sauna au Bains des Pâquis ; suivi d’une baignade dans le lac ; suivie d’un moment de lecture et d’une petite sieste, d’une soupe aux légumes ou d’une salade grecque. Le tout sur le lac.

Bains des Pâquis, 30 Quai du Mont-Blanc, Genève

Bains des Paquis

  1. Le café frappé de Oh Martine. Croyez-moi – j’en ai goûté dans ma vie. Sur les plages de Grèce et les terrasses d’Italie, en passant par les frappuccinos, Cloud Macchiatos et autres mélanges glacés mousseux de chez Starbucks International. J’ai même tenté le « fait maison » durant le lockdown. But nothing compares !

Oh Martine, 6 Route de Chêne, Genève

Oh Martine

  1. Les vins naturels du Tabouret Bar & du Tablar. Je suis particulièrement fan de leurs blancs qui accompagnent parfaitement les petites assiettes d’artichauts, leur brebis frais et pain de campagne. Ambiance copines adultes qui refont le monde.

Tabouret / Tablar, 38 rue de la Coulouvrenière, Genève

  1. L’unique hôtel “so chic” mais pas guindé du bord du lac rive gauche : le Métropole. Son Mirror Bar, lumineux tout en étant feutré, est idéal pour des rendez-vous professionnels ; son MET Rooftop offre une vue sans pareil pour une verrée estivale ; les chambres rénovées invitent à se lover dans l’allégresse ; son personnel est vraiment aimable, à tous les étages !

Hôtel Métropole, 34 Quai du Général-Guisan, Genève

IMG_3485

Depuis le déconfinement, j’ai pu profiter à nouveau de tous ces plaisirs – à l’exception de l’apéro au Tabouret Bar. Le week-end pluvieux qui s’annonce me semble propice 😊

La beauté des mots

Pour mon plus grand bonheur, ma sœur Cyrille a récemment partagé un nouveau texte qu’elle a écrit, un poème magnifique qui m’a profondément touchée et m’a rappelé que les mots sont beaux et que leur maniement est un art.

Certains discours ont le pouvoir d’inspirer, de stimuler, de mobiliser, de convaincre un public. Comme tout pouvoir, il s’accompagne de responsabilités. Si nous avons le pouvoir d’influencer notre monde, qu’elle influence voulons-nous avoir ? Si les mots que j’utilise ont un impact sur mon entourage et sur moi-même, il est important que je choisisse mon vocabulaire pour exprimer exactement ce que je veux transmettre.

La plupart des mots ne sont pas neutres, ils sont porteurs au contraire d’une charge émotionnelle spécifique. Pour transmettre une même information objective, je peux choisir d’utiliser des mots à connotation agressive ou compréhensive. Par exemple quand je dis « ma collaboratrice m’a planté » ou « m’a collaboratrice m’a informée qu’elle ne pourra pas honorer son contrat », l’information est la même mais le message et l’émotion ressentis ne le sont pas.

Les mots que nous utilisons pour exprimer nos pensées modulent nos émotions. Donc en utilisant des mots chargés de négativité je me crée des émotions négatives et si d’autres autour de moi adoptent mes mots ils se créent également des ressentis similaires et ainsi de suite. Si je ne fais pas attention à mon langage, je peux potentiellement diffuser mon inquiétude à tout mon entourage. Est-ce réellement ce que j’ai envie de faire ?

Il y a peu de chose que nous pouvons contrôler dans ce monde, mais notre langage en est une et à travers lui je peux à la fois contrôler ma réalité et influencer celle des autres. J’essaie de me le rappeler d’autant plus en ce moment en raison de la situation crée par le Coronavirus. En ce moment je perçois beaucoup de peur et d’angoisse autour de moi en lien avec la maladie, l’incertitude, la mort, la reprise du travail… Une chose concrète que je peux faire pour aider c’est, par exemple, d’utiliser un champ lexical d’apaisement plutôt qu’un champ lexical martial qui aura tendance à mettre de l’huile sur le feu et d’entretenir des émotions de panique.

Comme le dit très justement Clotilde Dusoulier dans son Podcast «Le langage de la crise», les mots qu’on utilise en cas de crise vont avoir le pouvoir de soit magnifier notre perception de la gravité du risque et du danger et générer de la peur ou vont avoir le pouvoir de mettre les choses en perspective pour qu’on puisse envisager le présent et l’avenir avec calme. Je pense que c’est d’ailleurs pour ça que je reprends les enfants autour de moi quand je les entends utiliser un langage que je trouve grossier. Quand un enfant utilise un champ lexical grossier, il est probablement en train de traverser une crise, et ce champ lexical ne va qu’envenimer leurs sentiments d’impuissance et ne va ni les aider à réfléchir ni à grandir.

Les mots sont beaux. Les mots sont importants.

 

Reopening… to the new normal

Over the past week, we have started to see some states (in the US) and some countries begin to reopen – including the reopening of various beauty businesses. In Georgia for example, salons reopened last Friday April 24th (the first state to reopen salons). Across the pond, Switzerland reopened this past Monday April 27th, and their beauty businesses including salons, spas, and medical spas were allowed to reopen during Phase 1. 

At least here in the US, this reopening of salons in Georgia has generated much controversy. The naysayers have said things such as “It’s too early.” “It’s all about vanity and beauty should wait.” “It’s not safe.” On the opposite end of the spectrum, many stylists and salon owners are thrilled to be back to work, and guests are flocking to the salons to get long overdue services. This article gives a great overview of the debate.

As a consumer of all things beauty, I look forward to returning to my favorite Washington DC salons and spas whenever the local government deems it safe.  

As a participant in the beauty industry, I know that state boards of cosmetology are working around the clock to issue the best possible safety guidelines that will shape our new normal. We will see new personal protective wear for therapists and guests, including masks, face shields, gloves, and more. New restrictions on how many people can be in salons and spas at the same time. New policies for waiting areas (bye bye magazines and beverage services) and for check in and check out (online payment and rebooking is more relevant today than ever). And more. 

As a Polla sister, I admire the work Rachel and Cyrille have done to create new systems at Forever Institut and Forever Boutique to welcome our patients back. And I am so very grateful for our patients who are trusting us to continue to create a safe environment for them, and provide the highest quality treatments. 

And as a human, I ask that we all be kind, considerate, and compassionate with one another during this time of transition. We are, truly, all in this together, albeit all in different boats. 

Happy & Sexy Countdown

In 5 months, my partner and I will be celebrating our love and commitment to one another; an outdoors wedding in tune with the summer solstice. Obviously, I want the whole experience to be as magical as in my childhood dreams: the sunset between the vineyards and the lake, the gathering, the dress, the music, the love declaration… And I wish to feel my most beautiful self, to honor and dazzle my man, our families and friends. Do you see what I’m getting at? 😉

chateau lacoste

So here’s my Forever beauty countdown program to get ready for the D-Day

  • Laser hair removal: already done!
  • D-5 months (now): start using Alchimie Forever’s Advanced Retinol Serum twice a week at night
  • D-4 months: laser facial with Picosure Focus to fade away brown sunspots and tighten my skin (I’ve already done 1 session, so 2 more to go over the next two months)
  • D-2 months: A light version of the Softlift , performed by my dad Dr Luigi L. Polla. A very subtle and natural way to enhance my facial features (cheekbones, jawline), reduce the under-eye circles and nasolabial folds, and most importantly generally rejuvenate my skin
  • D-7 weeks: Hyaluronic acid filler to plump-up my lips (not the ones you think; see my blog on the injection of the “other lips” ….)
  • D-6 weeks: Get a Hydrafacial Boost and start using the Pigment Lightening Serum of Alchimie Forever to complement my treatment
  • D-2 weeks: get a Hydrafacial Pamper to have the perfect skin tone and enjoy a little bit of pampering on top
  • D-3 days: my sister Cyrille has advised an eye-lash tint. Knowing me, for sure there will be tears! That way no mascara leaks 😉
  • D-2 days: a lymphatic drainage should help me relax and detox
  • D-day: my Forever Beauty program being over, I will get my make-up and hair done by Le Bal des Créateurs, the crème de la crème in Switzerland

I’ll keep a beauty journal to share my experiences, as well as before and after pictures. Stay tuned!

Regarder son corps à travers l’oeil d’un artiste

Il y a quelques mois je vous ai parlé du fait que Guillaume, mon mari, m’offre des sous-vêtements et combien cela est fabuleux pour mon image corporelle. L’autre chose qu’il fait que j’adore et qui a le même effet positif sur moi que la lingerie, c’est des photos de mon corps.

Les premières années les photos illustraient surtout un jeu de séduction entre nous. Je me sentais alors désirée, désirante et puissante. On devrait tous se faire prendre en photo nu afin de réaliser le pouvoir de notre corps. Au fil du temps, tout comme la pratique de Guillaume, les photos ont évolué. Maintenant, Guillaume et moi travaillons ensemble, car ses photos sont devenues un travail artistique. Aujourd’hui, elles montrent le corps de la femme, sans jugement, tel qu’il est, plein d’amour, dépersonnalisé et en même temps si intime.

De voir mon corps nu de cette façon me permet de l’appréhender différemment. Je ne le juge plus (ou en tout cas moins) selon les standards de la mode ou sociétal mais plutôt selon sa beauté artistique. Du coup, je le trouve magnifique, car à travers l’œil d’un artiste, tout corps humain l’est, qu’il soit grand, petit, enrobé, maigre, masculin, féminin, tendu, mou, jeune, vieux…

Les galeries devraient montrer beaucoup plus de nus de femmes et d’hommes de tout âge et de tout horizon pour nous donner une image du corps autre que celle des magazines et ainsi nous montrer que, quel qu’il soit, le corps est beau et sujet de désir. C’est dans cette optique-là, que Guillaume va prochainement exposer aux côtés de Maïa Mazaurette, dans une exposition intitulée « Elle et Lui » à Analix Forever. Elle, elle dessine des corps d’hommes et lui, il photographie le corps de la femme.

Rendez-vous pour le vernissage le 11 février 2020 au 10 rue du Gothard, 1225 Chêne-Bourg, Suisse.

Red Eye Flights

On Friday, I left DC and made my way to the amazing island that is Tinos, in the Cyclades. This is a 24-hour journey door to door… and it is worth every minute of the trip. I arrived on Tinos on Saturday 18:30 pm Greek time, on my birthday, dropped off my bags, showered, and headed to an amazing birthday dinner. I had no time for jet lag, no time for red eyes.

On Friday, I left DC and made my way to the amazing island that is Tinos, in the Cyclades. This is a 24-hour journey door to door… and it is worth every minute of the trip. I arrived on Tinos on Saturday 18:30 pm Greek time, on my birthday, dropped off my bags, showered, and headed to an amazing birthday dinner. I had no time for jet lag, no time for red eyes.

Here is how I prepared for the journey, and for my birthday dinner.

  1. The minute I get on the plane, I go (or try to) to sleep. A glass of champagne or wine before we take off, but nothing as soon as my seat can reline. No movie, no dinner. Every minute counts.
  2. My favorite overnight travel outfit is a black jersey dress that looks like a class black dress and is as comfortable at a nightgown.
  3. Soft socks. I never wear socks, except when working out or on an overnight flight. Cold toes are the number one thing that will keep me awake. My favorite pair is from Life Is Good, super soft, and fuchsia pink.
  4. An eye mask. This does two things: it tells flight attendants you are out for the night and they better not wake you; and it actually helps filter the light out and enhances sleep. A silk one is kindest on my skin.
  5. My favorite mask, by Alchimie Forever of course (Kantic Brightening moisture mask). I made the travel size for selfish reasons; it meets the FSA travel size requirements and both seals in moisture and protects me from the deadly “airplane air.”
  6. Eye drops. There is a reason these overnight flights are called red-eyes. I am fond of Similasan Dry Eye Relief, but whatever you favorite brand is will work.
  7. I avoid makeup other than mascara and lipstick. Skin makeup (concealer, foundation, powder), travels quite poorly, and ends up making skin feel dryer and more uncomfortable.
  8. A travel toothbrush and toothpaste. A must in the morning before getting off the plane. Nothing like a clean mouth to make one feel civilized. Add a bright lipstick, and your day is off to the perfect start.
  9. A bottle of water. Other than cold toes, being thirsty will keep me awake and uncomfortable. I like to flavor mine with Super Orange Emergen-C. It helps keep me healthy too…
  10. A smile. Delays, cancellations, just the fact of flying overnight can be taxing. A smile will make the entire experience more pleasurable. For yourself and for those around you.

And well, when I land in Athens, pick up my bags, and tell the cab driver to take me to the Port of Rafina, well, then life is good regardless of any of the above traveling tips!

Filles de dermato – derrière le rideau

Quel est le comble pour une fille de dermatologue? Découvrez le bêtisier des sœurs Polla qui testent des soins à Forever Institut.

Quel est le comble pour une fille de dermatologue ? Avoir de l’acné ? Attraper un coup de soleil ? Oui, et oui ! Adolescente, j’ai passé des heures jubilatoires devant le miroir à presser mes boutons et extraire mes points noirs alors que je savais pertinemment qu’il ne faut surtout pas y toucher – au risque de marquer sa peau de vilaines cicatrices. Je me rappelle également de concours de bronzage que nous faisions avec ma grande sœur Ada, sur les plages de Grèce et d’Italie dans les années 90. Aujourd’hui encore, il m’arrive de voir Roxane, notre cadette, rouge écrevisse en rentrant d’une randonnée en montagne sans crème solaire.

Ne nous arrêtons pas en si bon chemin. Comme j’adore les bêtisiers, je vous en ai compilé un des sœurs Polla qui se font faire des soins à Forever Institut.

pollasisters_boopers

Roxane

Prête à tester l’épilation laser du maillot, Roxane applique religieusement la crème anesthésiante sur la zone en question, une heure avant la séance. Une fois installée en cabine laser, l’esthéticienne s’apprête à retirer la crème et constate que Roxane n’a pas pensé à se raser avant. Ses poils étaient bien anesthésiés 😉 mais sa peau en revanche… aïe !

Moralité : la consultation obligatoire que nous proposons avant d’entamer une épilation laser est utile, même pour ceux et celles qui pensent tout savoir sur la procédure !

Rachel

Toujours dans le contexte de l’épilation laser, mais des demi-jambes cette fois-ci. Avant la séance, l’esthéticienne demande à Rachel si elle est allée au soleil récemment. La réponse est rapide et assurée : non, pas de vacances à la plage ces dernières semaines. Après le traitement laser, Rachel constate des marques de brûlures sur sa peau. En y réfléchissant bien… elle admet qu’elle court au bord du lac trois fois par semaine en short.

Moralité : l’exposition solaire, ça n’arrive pas qu’en maillot de bain au bord de la mer !

Cyrille

Il y a quelques années, j’ai voulu tester le laser fractionné Fraxel pour mon visage. Habituellement, ce traitement se réalise en plusieurs passages. Le thérapeute quadrille la peau, en passant la pièce à main horizontalement, puis verticalement, puis en diagonale, pour que les rayons laser pixelisés traitent la peau de manière uniforme. Mais moi j’ai insisté pour que mon thérapeute ne fasse qu’un seul passage, par crainte que ma peau ne réagisse trop fort au traitement. Résultat : je me suis retrouvée avec une peau zébrée. Des bandes blanches entre des bandes rouges.

Moralité : ce n’est pas parce que tu es la fille du dermatologue que tu connais mieux les traitements que les thérapeutes ; il faut TOUJOURS écouter les professionnels !

Ada

Rien à redire… notre grande sœur – comme tous les aînés – est exemplaire 🙂 L’incroyable, dans son cas, c’est que malgré la panoplie complète de soins qu’on propose à l’institut, elle ne fait que du Botox. Pas de lasers, pas de peelings, pas d’acide hyaluronique, pas de traitements raffermissant – même pas de massages. Pour moi, ça c’est un comble !

Moralité : les produits Alchimie Forever qu’elle utilise tous les jours depuis 15 ans ont une efficacité prouvée !

pollasisters_alchimie

 

The beauty of lingerie

In two weeks, my husband and I will celebrate our fifth wedding anniversary, and this past august we celebrated our 16thanniversary together. There are a million reasons why I love Guillaume but ranging in the top ten is definitely the fact that he buys me beautiful lingerie. Come to think about it, I haven’t had to buy a single underwear in over 15 years.

I love picturing Guillaume in a boutique, choosing outfits for me, imagining how I will look in them. It does wanders for my body image. It makes me feel desired and makes me want to be as desirable as possible for him.

Feeling sexy and beautiful underneath my clothes is not only for Guillaume, mainly it is for me. At work (I work in a hospital) I usually can’t wear sexy clothes (especially not in the O.R.) but wearing lingerie underneath my scrubs makes me feel attractive and asserts me in my womanhood. It also contributes to keep me giddy all day, as if I was constantly holding a very crispy secret all to myself.

Thanks to Guillaume I have the most exquisite drawers of lingerie with all the colors of the rainbow. Not only bra and underwear but thong, bustier, corset, lace, briefs, tulle, push-up, shorty, body suit, full cup, half cup, soft cup, nightdress, suspender belt and much more. Some of my favorite brands are Simone Perele, Aubade, Chantal Thomas, and Agent Provocateur.

Whether it’s your hubby or yourself buying lingerie, I strongly advise you start exploring.

Another thing I love about my husband and that does wanders for my body image is that he is a photographer and loves taking pictures of me. But that will be a story for another post.

Interview de Christophe Durand

Coiffeur et maquilleur de renom, fondateur du Bal des Créateurs, Christophe Durand est un homme d’exception. De grandes marques telles que Chopard et Tag Heuer lui font confiance pour leurs pubs. De grandes personnalités telles qu’Eva Herzigova, Tiger Woods ou encore Emmanuelle Seigner lui font confiance pour leur mise en beauté.

Les liens d’amitié entre Christophe et la famille Polla remontent à bien longtemps. Il a d’ailleurs repris les anciens locaux d’Analix Forever pour y créer La Bal, et nous avons eu la chance de collaborer avec lui à Forever Institut pour des shootings photo et un atelier sur les tendances. Le mois passé, pendant qu’il sublimait ma coupe de cheveux, j’en ai profité pour l’interviewer sur notre sujet préféré… la beauté !

Est-ce que ton sens de l’esthétique influence ton rapport au monde ?

De manière générale, je pense que l’apparence et l’esthétique influencent le monde et les rapports humains. C’est une évidence ; et pourtant nombreux sont ceux qui refusent de l’admettre. Lorsque deux personnes sont attirées l’une par l’autre et se lient – professionnellement, socialement ou amoureusement – elles parlent de « feeling ». Selon moi, ce « feeling » passe immanquablement par une sorte d’attraction physique.

Quels types de beautés te touchent ?

Je suis sensible à la décoration d’intérieur des lieux que je fréquente, à l’architecture des villes dans lesquelles je séjourne. J’aime la beauté simple ; je n’aime pas le chaos dans l’esthétique – ça me fatigue !

Je suis touché par la beauté d’une personne lorsqu’elle dégage un charisme, une identité. La beauté se dégage dans les aspérités d’un visage. Il n’y a rien de plus ennuyant selon moi qu’une physionomie parfaite.

L’une des devises de Forever est « Looking good means feeling good means doing good ». Qu’est-ce que cette phrase t’évoque ? 

Cette phrase me plaît, mais instinctivement je changerais l’ordre des messages : feeling good means looking good. Imagine deux hommes aux traits ressemblants, portant le même t-shirt blanc. L’homme qui se sent bien dans sa peau sera beaucoup plus beau que celui qui n’est pas épanoui.

Que fais-tu pour te sentir beau ?

Je prends du temps pour moi et mon bien-être : je fais du sport, un hammam, je marche dans la nature, je fais l’amour … Les jours où je m’accorde ce temps, je me sens automatiquement plus séduisant.

Parle-moi de ton expérience avec la clientèle masculine.

De plus en plus d’hommes font des soins esthétiques (teintures, épilations, manucure, injections, chirurgie…) mais ils ne veulent toujours pas que ça se sache, ni que ça se voie. Notre société a créé un carcan autour de l’expression de la masculinité. Prendre soin de soi, faire des soins esthétiques est synonyme de vulnérabilité. Donc pour s’adresser aux hommes il faut je pense un langage hyper masculin et une discrétion absolue.

Et toi, as-tu déjà fait des soins esthétiques ?

J’ai fait des traitements laser à Forever Institut pour effacer mes taches brunes sur le visage et sur les mains. Je trouvais qu’elles me donnaient l’air âgé. Je n’en dirai pas plus…

Pour moi, le plus dur dans le fait de vieillir a été l’apparition des cheveux gris. J’ai tenté la teinture, mais c’était une catastrophe ! Ça me donnait l’air « fake ». Et un homme qui perd son naturel, c’est dérangeant. J’assume donc mes cheveux gris, mais pour ne pas avoir l’air d’un « papi », il faut que ma coupe soit absolument parfaite. Aucun écart n’est permis.

Christophe Durand

Et puis avec l’âge j’ai perdu mes cils. Ça aussi a été difficile. Je ne reconnaissais plus mon regard. Mes longs cils noirs, parfaitement recourbés, étaient ma signature. Récemment j’ai déniché un produit (Revitalash) qui les fait repousser. J’ai retrouvé un regard qui me correspond.

Spoiler alert

Cet été Christophe et son équipe lancent Le Bal des Créateurs « on tour » – un van de collection qui propose tous leurs services (coiffure, maquillage, relooking) dans un espace itinérant et privatisable. On adore déjà !

LeBalDesCreateursOnTour