Re-prise de conscience

La rentrée scolaire est un véritable rite de passage pour les enfants (et les parents!). Il est marqué par l’excitation des retrouvailles avec les copains et du shopping; mais aussi par l’angoisse du retour à l’organisation!

La rentrée scolaire est un véritable rite de passage pour les enfants. Il est marqué par l’excitation des retrouvailles avec les copains, du shopping, et de la quête du nouveau sac – et des fournitures qui vont avec. Le choix de ma fille Sasha s’est porté sur un Eastpack à fourrure bleue, une trousse qui ressemble pour la première fois à « une-trousse-de-grande », et des tenues sobres et sport-chic – incluant toutefois un veston en fausse-fourrure. Elle développe décidément son propre style, et je suis simple témoin du phénomène. Mon dernier moment de solitude date du jour de la rentrée, lorsque j’ai réalisé que Sasha chausse (presque) la même pointure que moi.

Alors oui, ça fait beaucoup de choses à intégrer en cette rentrée ! D’où ma question : ce fameux rite est-il en réalité plus difficile pour le parent que pour l’enfant ?

En effet, ce moment si particulier dans l’année marque le retour de l’angoisse de l’organisation, des horaires, des matins difficiles… sans compter le chaos inévitable en attendant d’avoir calé l’ensemble des activités parascolaires souhaitées par son enfant (« oui maman, je n’aimais plus la gymnastique en juin mais je sens que je peux aimer à nouveau maintenant ; et as-tu pensé à m’inscrire à des cours de danse en plus du tennis ? » ….). Mais en fin de compte on s’en sort – au pire avec quelques crises de larmes.

Pour moi, au-delà de tous ces chamboulements partagés avec Sasha, cette rentrée 2018-2019 aura pour toujours un goût particulier : après 8 ans de bons et très loyaux services, je n’ai plus de nounou. Et je réalise à nouveau d’un coup à quel point Sasha évolue à la vitesse grand V ; alors qu’il m’a fallu 2 mois pour la convaincre qu’elle devrait apprendre à se rendre seule de l’école à Forever Institut, il ne lui a fallu que deux jours pour me dire « c’est bon je peux faire seule, maman ». J’ai capitulé et compris qu’elle gérait très bien sa rentrée « toute-seule-comme-une-grande ».

Je suis donc retournée au bureau m’affairer à ce qui marque ma rentrée de femme d’affaires : l’organisation du premier anniversaire de Forever Boutique, le retour des objectifs chiffrés après deux mois estivaux et la mise sur orbite de nos projets futurs.

Dès la semaine prochaine, Sasha sait qu’elle fera ses devoirs pendant que je préparerai mon budget et mes objectifs pour 2019. Notre futur s’écrit dès à présent.

J’ai testé le botox axillaire

Il fait beau, il fait chaud, c’est l’été, c’est le pied, mais… je transpire beaucoup et l’odeur me gêne. Alors j’ai pris l’habitude d’utiliser un déodorant puissant qui contient des sels d’aluminium, parce que les autres ne fonctionnent pas sur moi.

Sachant que je suis mal à l’aise à l’idée de sentir mauvais sous les bras, ma sœur Cyrille m’a convaincu d’essayer le botox axillaire. Je savais que nos médecins pratiquent ce traitement à Forever Institut mais je pensais qu’il était réservé aux clients souffrant d’hyperhidrose – un état pathologique de production excessive de sueur. Et bien non, c’est pour tout le monde ; j’en suis la preuve.

Voici comment s’est déroulé la séance d’injection. J’ai appliqué du gel anesthésiant 1h avant parce qu’apparemment sans cela, on a mal. Avant de réaliser les piqures, Dr Benadiba a quadrillé mes aisselles au crayon. En tout, une trentaine d’injections par côté. Hyper rapide, en 10 minutes c’était fait, et je n’ai même pas senti l’aiguille.

L’effet a mis quelques jours pour se manifester, et depuis – c’est incroyable – j’ai l’impression de ne plus transpirer des aisselles. Après une semaine je suis passée à un déo bio et léger, et constatant que cela suffisait, j’ai même osé ne rien mette du tout. Quelle libration ! Fini les auréoles. Et fini les traces blanches de déo sur les habits.

Je vous avoue j’avais une crainte, c’était que me corps compenserait la diminution de transpiration des aisselles en suant plus d’une autre zone. Mais je n’ai pas l’impression que ce soit le cas.

Maintenant, la question que je me pose c’est vais-je le refaire dans 4 mois ? Certes je transpire moins en hiver mais l’odeur me gêne quand même, alors pourquoi pas ?

4WD – 4 Women Drive

Celebrating National Sisters Day last week-end made me reflect on why I love my three angels and what makes working with them so special.

Celebrating National Sisters Day last week-end made me reflect on why I love my three angels and what makes working with them so special.

Ada. She is as determined as she is generous – whether it is with her time, her ideas or her network. I started my career working by her side at Alchimie Forever and some things she taught me still guide me on a daily basis (such as “kill her with kindness”; keep up with our blog and you will discover what lies behind this great piece of advice!). I admire her tenacity and her work ethic.

Cyrille. She is powered by creativity and delicate at heart. Our relationship has had its ups and downs, but the last 5 years have been absolutely perfect. We are a team, whether in life or at work. I protect her, and she supports me… I admire her sense of aesthetics and her prose.

Roxane. She is as altruistic as she is secretive. It is amazing to watch her becoming the next Dr. Polla – with the humility that is so characteristic of her. She often acts as our mirror: she is a strong listener; she is a woman of few words, but when she says something… we are all ears! I admire her enthusiasm and her kindness.

The four of us are driven by faith, hope, love, and luck, and bring to our three family businesses (Alchimie Forever, Forever Institut, and Forever Boutique) a unique mix of ambition, persistence, audacity and passion.

We learned a lot about our approach to family business during INSEAD’s Family Entreprise Challenge, an executive program we attended with our father when he decided it was time for us sisters, the “second generation,” to get more involved. It was there that we embraced our ambition to grow our businesses together. During those four days together, we drafted a shareholder agreement and launched a family council; we talked about our complementary forces and core values – including love; and we made the commitment to discuss professional matters on a regular basis (via Skype and in person), and to always find a way to enjoy sisterly-fun-times when we all meet.

 

What are your experiences working with family? 😊

Sur toutes les lèvres

Elle est gourmande. Elle dit ce qu’on pense. Elle nous donne le sourire. Elle sait garder un secret et partager un baiser. J’aime écrire à son sujet. La bouche.

Aviez-vous remarqué que certaines stars sont devenues des légendes grâce à leur bouche? Elles nous permettent même de distinguer l’évolution des tendances ces dernières décennies. Dans les années 80, on parlait de la bouche de Cindy Crawford (décorée d’un grain de beauté très bien placé) ou de celle de Vanessa Paradis (pleine de charme grâce à ses dents du bonheur). La bouche marquait alors les esprits d’un « signe particulier ». En 1990, arriva Julia Roberts et sa grande bouche, indissociable de son grand sourire. Une belle bouche était devenue synonyme de générosité, de séduction, de rire aux éclats. À l’aube du nouveau millénaire, le monde découvre Angelina, avec ses lèvres ultra pulpeuses, sensuelles, presque extra-terrestre. En version française, celles de Monica. Ce n’est pas un hasard si l’une s’appelle Jolie et l’autre Belle-uci !

Alors sans vouloir ressembler à une autre, sans se transformer et sans aller dans les extrêmes, on peut aujourd’hui mettre nos lèvres en valeur avec autre chose que du rouge.

Ce qui est fabuleux c’est que grâce à la qualité des produits de comblement (non-permanents) et aux progrès réalisés dans les techniques d’injection, on peut toutes oser les lèvres pulpeuses sans crainte du résultat. Que ce soit pour corriger une asymétrie, pour restaurer une perte de volume due à l’âge, pour un résultat hyper naturel ou un effet WOW, l’acide hyaluronique (AH) est le produit de choix pour sublimer les lèvres. À Forever Boutique, on a même imaginé un AH à durée éphémère qu’on a appelé Instalip. Il permet de tester l’effet sur quelques semaines avant de se décider pour une version qui dure plusieurs mois.

Moi j’ai essayé, et j’adore. Mes lèvres sont toujours en harmonie avec les traits de mon visage, elles sont lisses et hydratées, avec cette petite touche sensuelle en plus qui fait toute la différence.

Closet detox: how liberating!

One of my sisters, Cyrille, introduced me to the Mari Kondo decluttering method, after she herself had several coaching sessions with @Clarity. Last weekend we detoxed my entire wardrobe.

First step: take all my clothes off their hangers and out of my drawers. The pile was surprisingly huge! Second step: try on every single item in order to sort them out. Here’s what I did not keep.

  • Comfort clothes I used to wear on those gloomy days when I feel tired and ugly. Since they actually make me look the way I feel, I thought I rather not hold on to them.
  • Clothes that make me look like a teenage girl; I can be fun and colorful and still look like a woman
  • Clothes that are not the right size; when I see that one pair of jeans I don’t fit in anymore, it makes me think my body isn’t how it should be.
  • Clothes showing a worn-out fabric
  • Clothes in which my husband did not find me beautiful

One thing I love about my wardrobe is that it’s out in the open rather than hidden inside a closet or dressing room. But this means it’s appearance must be beautiful and spark joy whenever I enter the room. Some of Mari Kondo’s tips helped me transform my wardrobe in a work of art:

  • Organize your clothes by color, starting from darkest, through colors, up to white
  • In your drawers, roll your shirts instead of piling them on top of each other; that way you see each of them much better
  • Only place one item per hanger.

If I was a Mari Kondo purist, I would have accomplished this decluttering exercise alone with my coach, but my husband participated in the process and I loved it. I always ask him how I look when I get dressed. And I think that, all these years, he thought that the only appropriate answer was “absolutely gorgeous”. But you should have seen the number of stuff he made me donate! Apparently, it was a good idea for us to create a space where he felt he was allowed to give his opinion freely. Now that’s done, we can go back to him saying “gorgeous” each time I pop the question.

When I had finished sorting out all of my clothes, I was astonished by how much I was parting with and still my wardrobe was full. I hadn’t realized how quickly you accumulate stuff without even noticing it pilling up. Decluttering was a real breath of fresh air in my bedroom and I now feel so much lighter and happier!

Photo by Guillaume Varone

Looking good means feeling good means doing good…

I am convinced that feeling like the best version of yourself makes you shine and helps you project an image of someone who is confident, appealing and strong. And from there, you will positively influence the world and make it a better, happier place!

Like our mother used to say: “when you don’t feel good, put on an extra pretty dress; everyone will tell you that you look great… and you’ll have a better day!”

On that thought – I had an inspiring philosophical discussion with one of our clients the other day. The young woman had just tried Instalip (our signature lip-enhancing injection) for the first time – actually it was her first experience of a medical aesthetic treatment ever! We started discussing the fact that she loved the result and felt incredibly better about herself. She confided in me, explaining how she had gone through a difficult year and felt the need to take care of her looks, in an attempt to raise her spirits and heighten her mood.

I happily told her that The Polla Family’s mantra, inspired by Plato, had always been that “looking good means feeling good means doing good”. Her demeanor changed instantly, as if she had finally found someone who understood her first step towards aesthetic medicine. She later admitted that probably none of her friends would understand her approach.

Thinking about it, I still wonder why some people feel that taking care of their appearance is vain or shallow… as if it was less important than doing sports, eating well or not drinking or smoking too much. To the contrary! I went on to explain, I am convinced that our outer beauty is a reflection of our inner self and that both are linked! She agreed…

We went on to discuss how, even if the definition of beauty differs from one person to another, feeling like the best version of yourself makes you shine and helps you project an image of someone who is confident, appealing and strong. And from there, you will positively influence the world and make it a better, happier place!

Le sens du beau – interview de Satya Oblette

Que ce soit à Forever Institut, dans un bistrot ou au pied d’un arbre, sa présence est généreuse et authentique. Un réel plaisir pour moi de dialoguer avec Satya.

Est-ce que ton sens de l’esthétique influence ton rapport au monde, à l’autre ?

Oui, je suis un esthète. La beauté me touche profondément et me rapproche des autres. J’irais à la rencontre de la femme indienne qui porte son Sari – le plus beau vêtement à mes yeux – avec grâce et fierté. Je ferais confiance l’artisan qui tient son outil de création avec adresse et intention. Je suis sensible à l’élégance d’une posture et à l’énergie que l’être humain transmet lorsqu’il suit sa vraie nature.

A tel point que j’ai complètement changé de look après avoir vu passer devant mes yeux – alors que j’étais assis sur une terrasse à Montmartre – un homme dont la prestance, la démarche et la chevelure m’ont rappelé les sages spirituels que j’ai pu croiser dans des temples en Inde. Je m’en rappelle encore avec une émotion intense. Du jour au lendemain j’ai décidé de retrouver ma couleur de cheveux naturelle.

L’une des devises de Forever est « Looking good means feeling good means doing good ». Qu’est-ce que cette phrase t’évoque ? 

Je consacre une grande partie de mon activité à des œuvres humanitaires. Je me suis récemment rendu à Delhi dans le cadre de mon investissement pour l’association Tara India. J’ai ressenti qu’à travers l’image que je reflète j’offre un exemple positif à ces enfants qui ont souffert de terribles épreuves. En exprimant la meilleure version de qui je suis, je pense que mes actions ont plus d’impact. J’ai appris qu’il faut se témoigner de la bienveillance envers soi-même pour pouvoir la partager avec les autres. Nous avons tous ce pouvoir, et il nous permet de transformer les choses positivement.

Quelle place accordes-tu à la Beauté dans ta philosophie de vie, ton quotidien, ta profession ?

La beauté est centrale à mon équilibre de vie et rayonne à 360 degrés autour de moi. De l’art de vivre que je cultive à la maison, à mon physique que je soigne, en passant par le spectacle de la nature que j’explore à chaque occasion venue – je me sens bien lorsque je suis entouré de beauté.

Que fais-tu pour te sentir beau ? As-tu déjà fait des soins esthétiques ?

Je fais du sport. Je me prépare quotidiennement des jus frais en alternant fruits et légumes de saison. Et oui, je côtoie régulièrement l’institut de beauté de mon quartier. Je fais entièrement confiance à mon esthéticienne qui me fait essentiellement des soins du visage, et j’applique consciencieusement les crèmes qu’elle me conseille. Je viens de terminer une cure aux acides de fruits, par exemple. Le fait de prendre soin de ma peau, de mon visage et de mon corps est un réel plaisir.

Lorsque je me prépare pour une rencontre ou une soirée particulière, je me recentre dans ma posture. Je prends le temps de retrouver le sens de mes actions pour me sentir serein et aligné.

Plus qu’une interview, une rencontre. Merci Satya de savoir créer le lien, en toute simplicité.

La beauté du corps

Le corps humain me fascine. En tant que médecin, tous les jours, je l’examine et je le touche de manière systématique, j’en retire des informations et cela me permet de déterminer de quoi mon patient souffre.

Mon amour pour l’art potentialise cette fascination de la chaire. Je l’ai ressenti de manière particulièrement forte ces deux dernières semaines en allant voir le dernier spectacle en date du Ballet Béjart, Mounir Fatmi au Musée de l’Elysée lors de la Nuit des Images et Laetitia Dosch au Théâtre de Vidy.

Ces trois évènements m’ont rappelé, chacun à leur manière, que le corps humain est extraordinaire.

Les corps des danseurs du Ballet Béjart pourraient servir de support de cours d’anatomie, tant ils sont sculptés avec précision. Puissant et élégant dans leurs mouvements, ils nous montrent à quel point le corps est un langage universel

Les corps filmés par Mounir Fatmi nous rappellent notamment qu’ils sont une source inépuisable de résistance et de plaisir.

Le corps nu de Laeticia Dosch, sur son cheval, évoque jeux, pouvoir, séduction et échange. Il lui permet de s’exprimer et de casser les barrières autour d’elle. Grâce à lui, elle peut se mettre à nu, littéralement.

Rappelons-nous que nous n’avons qu’un seul corps, qu’il a la gentillesse de nous supporter toute notre vie, alors soyons reconnaissant et traitons-le en conséquence. Il faut le chérir, en prendre soin et l’aimer. C’est notre arme la plus puissante. Je pense que pour vivre sa relation au corps dans sa plénitude, il faut allier médecine et art, transcender l’organique et se rappeler qu’il est aussi une matière première d’expression. Alors allons-y, exprimons-nous.

Photo: Guillaume Varone

Égalité des sexes face au “graceful aging”

Habituellement, lorsqu’un bel homme prend de l’âge, on trouve qu’il « porte bien ses rides », que cela amplifie même son charme, son charisme et son sex-appeal. Tout d’abord – il faut le dire – nous les femmes on ressent une petite injustice à ce niveau ! Mais passons outre. Et analysons la situation de plus près.

Oui, je suis de celles qui trouvent qu’un homme qui a « vécu » n’en devient que plus séduisant. Oui, certaines rides sont belles sur un homme. Mais attention, cela ne veut pas dire qu’ils n’ont rien à faire en termes de traitements esthétiques.

Les taches brunes sur la peau vieillissent le visage d’un homme autant que celui d’une femme. Elles donnent un air négligé ; elles témoignent d’une peau en mauvaise santé, et cela n’est pas attirant. Une autre problématique qui touche davantage les hommes que les femmes : la couperose. Ces petits vaisseaux rouge-violet qui apparaissent sur le nez et les joues n’ont rien d’attrayant non plus ! Même si la consommation d’alcool n’en est pas la seule cause, une peau abîmée de la sorte envoie généralement un message négatif.

Et la liste ne s’arrête pas là. Les poches sous les yeux, les paupières tombantes, les plis d’amertume (rides qui descendent depuis les coins de la bouche), les pores dilatés… autant de signes de vieillissement cutané qui compromettent la beauté d’un homme qui gagne en âge. Heureusement tout cela se corrige facilement. Les lasers et les injections, c’est aussi pour les messieurs!

J’ai la chance de côtoyer quotidiennement, depuis plus de 10 ans, des hommes qui prennent soin de leur peau à Forever Institut. Je leur dis merci, et bravo. ** Let’s age gracefully together **

 

Fred et Ornela photographiés par Le Marin Productions

J’ai testé… le Botox

J’ai testé le Botox… injecté par un autre médecin que mon père!

Mon père ce héros. Le meilleur injecteur du monde. Le seul qui peut s’approcher de mon front avec une aiguille de Botox. Il connait mon visage, son dosage est toujours parfait, le résultat parfaitement naturel. Seul ce blog pouvait m’extraire de ma zone de confort et m’inciter à aller voir ailleurs. 

J’ai donc testé …. le Botox injecté par un autre médecin. Et quand je me lance dans une aventure, ce n’est jamais à moitié. Cela s’est donc passé à Miami, dans le centre esthétique de référence: le Medispa de Dr Flor A Mayoral.

En arrivant – nous sommes aux US! – j’ai dû signer une panoplie de papiers. Une infirmière de l’équipe m’a démaquillée, photographiée (cette étape est obligatoire, et leur permettra de mieux gérer mon insatisfaction potentielle), et fait patienter un peu.

La Doctoresse, solaire et charismatique, m’a conquise dès son entrée dans la pièce de traitement. Elle m’a demandé le nombre d’unités qu’on m’injectait habituellement. Je n’ai pas su répondre, mais j’ai bien insisté sur l’importance du naturel; elle a suggéré 40 unités. J’ai acquiescé… elle était confiance et rassurante, je ne me voyais pas vraiment la contredire!

Le traitement a été ultra rapide et moins douloureux qu’avec papa (je pense qu’avec lui je m’autorise à être un peu douillette). Immédiatement après la séance, j’ai remarqué une marque au niveau de la ride du lion, mais elle a disparu après quelques jours. Les premiers effets du traitement sont apparus 3 jours après le traitement : mon front est plus lisse, mes paupières légèrement liftées, et je peux moins bien froncer mes sourcils. IMG_7400Mes expressions restent naturelles et je ne me sens pas figée; la doctoresse a respecté mes souhaits, comme mon père a toujours su le faire. Conclusion: la renommée d’une clinique et d’une doctoresse est en général méritée, c’est important de toujours exprimer ses préférences, et faire confiance à son instinct est essentiel. 

Cerise sur le gâteau et petit aparté: j’ai eu droit à un tour complet de sa clinique et un échange très enrichissant avec elle! J’ai découvert plusieurs points communs avec Forever: entreprise familiale, dirigée par des femmes (Dr Mayoral travaille avec ses filles, elles aussi médecins!) toutes aussi passionnées par leur métier que mon père et notre équipe thérapeutique.