Prise de parole pour la liberté d’assumer…

On peut ne pas se sentir belle et rester indifférente face à ce sentiment, ou avoir envie d’y remédier. On peut aussi se trouver belle, et avoir sincèrement envie de continuer à se sentir chaque jour encore mieux dans sa peau, plus forte, plus libre et respectée.

Je lis souvent des post sur les réseaux sociaux qui dénigrent les personnes ressentant le besoin de recourir à la médecine ou à la chirurgie esthétique pour se sentir (encore) mieux dans leur peau. Ces commentaires me ramènent toujours à notre conviction de base : la médecine esthétique fait partie d’une philosophie de vie que l’on devrait pouvoir assumer sans avoir peur d’être raillé.

Nous allons tous chez le coiffeur pour entretenir le tonus de nos cheveux ; nous faisons du sport pour nous défouler et nous maintenir en forme ; nous choisissons des habits qui nous mettent en valeur ; nous essayons de manger plus sain pour préserver notre santé. Personne ne porte de jugement là-dessus. En quoi nos rituels de beauté, qu’ils soient cosmétiques ou médicaux, sont-ils différents ? L’écoute et les soins procèdent avant tout de l’amour de l’autre, et de soi… aucun jugement de valeur n’est nécessaire.

Bien entendu, l’addiction et la surconsommation sont néfastes. Mais ils le sont dans tous les domaines, pas uniquement quand il s’agit de beauté. Par ailleurs, la prescription de masse procède de la volonté d’uniformisation ; que ce soit dans un sens – tous les hommes devraient être poilus –, ou dans l’autre – toutes les femmes devraient se satisfaire d’être ridées après la ménopause. Cela relève de la prise de pouvoir du prescripteur et, malheureusement, pas du respect des désirs ou des goûts de l’autre.

Enfin, ces post me font réfléchir à certains mouvements d’affirmation de soi. La puissance de la nouvelle génération tient, à mes yeux, dans leur fabuleuse ouverture d’esprit et le « inclusiveness » de tout un chacun. Pourquoi n’adopterions-nous pas cette attitude face à la beauté ? Car on peut être femme et nature (je pense notamment au mouvement « janu’hairy ») ou homme imberbe et séduisant ; femme ultra-féminine et coquette ou homme « macho »… on peut être femme, homme, transgenre… on peut ne pas se sentir belle et rester indifférente face à ce sentiment, ou avoir envie d’y remédier. On peut aussi se trouver belle, et avoir sincèrement envie de continuer à se sentir chaque jour encore mieux dans sa peau, plus forte, plus libre et respectée.

MissInternationalQueen2019_5958C.jpg

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s