La beauté du corps

Le corps humain me fascine. En tant que médecin, tous les jours, je l’examine et je le touche de manière systématique, j’en retire des informations et cela me permet de déterminer de quoi mon patient souffre.

Mon amour pour l’art potentialise cette fascination de la chaire. Je l’ai ressenti de manière particulièrement forte ces deux dernières semaines en allant voir le dernier spectacle en date du Ballet Béjart, Mounir Fatmi au Musée de l’Elysée lors de la Nuit des Images et Laetitia Dosch au Théâtre de Vidy.

Ces trois évènements m’ont rappelé, chacun à leur manière, que le corps humain est extraordinaire.

Les corps des danseurs du Ballet Béjart pourraient servir de support de cours d’anatomie, tant ils sont sculptés avec précision. Puissant et élégant dans leurs mouvements, ils nous montrent à quel point le corps est un langage universel

Les corps filmés par Mounir Fatmi nous rappellent notamment qu’ils sont une source inépuisable de résistance et de plaisir.

Le corps nu de Laeticia Dosch, sur son cheval, évoque jeux, pouvoir, séduction et échange. Il lui permet de s’exprimer et de casser les barrières autour d’elle. Grâce à lui, elle peut se mettre à nu, littéralement.

Rappelons-nous que nous n’avons qu’un seul corps, qu’il a la gentillesse de nous supporter toute notre vie, alors soyons reconnaissant et traitons-le en conséquence. Il faut le chérir, en prendre soin et l’aimer. C’est notre arme la plus puissante. Je pense que pour vivre sa relation au corps dans sa plénitude, il faut allier médecine et art, transcender l’organique et se rappeler qu’il est aussi une matière première d’expression. Alors allons-y, exprimons-nous.

Photo: Guillaume Varone