Une semaine dans la peau de Dr Roxane Polla

Tous les matins je me lève à 5h pour être à l’hôpital à 6h, bien que mon horaire officiel ne commence qu’à partir de 7h. D’abord je me suis dit que de me lever une heure plus tôt me permettrais de faire du sport, mais en fait, je trouve toujours du travail à faire : étudier les dossiers de mes patients, les apprendre par cœur pour la grande visite qui a lieu le mardi matin en présence de tous les chefs, faire ma paperasse, étudier les opérations auxquelles je vais assister…

 

Les jours où je suis au bloc opératoire, je ne mange pas et je ne vais pas aux toilettes, comme si mon corps comprenait qu’il n’avait pas d’autre choix que de mettre ses besoins au second plan. Ce serait utile de réussir à faire la même chose lors des longs trajets en voiture.

 

Les jeudis sont des journées de formation. Présentations d’articles, cours théoriques, conférences… La semaine dernière, tous les internes de suisse romande voulant faire de la chirurgie vasculaire étaient réunis pour une journée d’évaluation par les chefs de tous les différents hôpitaux. Le plus exaltant c’était les stations pratiques. J’ai pu m’entraîner à suturer des aortes, des carotides et des artères fémorales sur des mannequins.

 

Le soir en rentrant, je cours dans les bras de mon mari et je me rappelle combien j’ai de la chance. Petit diner en amoureux et vite au lit, parce que ce n’est pas tout ça, mais après m’être réveillée à 5h, je suis vite fatiguée le soir.

 

Le rendez-vous le plus important de la semaine c’est l’apéro offert par le service tous les vendredis à 17h. Toute l’équipe est présente et cela permet de créer des liens et de diminuer les tensions accumulées sur la semaine.

 

Le weekend, parfois je me lève à 5h le samedi pour finir ma paperasse que je n’ai pas eu le courage de faire vendredi soir. Comme ça, je suis sûre de ne pas laisser du travail à mon collègue du weekend. Et après direction Challon-sur-Saône avec ma mère et mon mari pour visiter le musée de la photographie. Ou alors, barbecue avec des amis. Mais très souvent, en fait, c’est dodo pendant 48h d’affilée pour récupérer de ma semaine.