Je dis M le Jour J

Je me réveille plongée dans le bleu et le blanc. La tête et le corps pleins d’un torrent qui brasse mes pensées. Le dehors et le dedans s’étirent, se côtoient, se courtisent. Je suis prête à vivre avec le cœur en avant. C’est palpitant ! Je me chante une aubade toute particulière en ce jour d’anniversaire. « Je suis tout ce dont j’ai besoin ». Et je chéris mes envies. Elles viendront enrichir ma vie. Pour l’instant ce sont des cerfs-volants, des parasols – mais dans un futur proche la ficelle et le sol ne seront plus des entraves.

J’ai remplacé mes béquilles par des pales. Elles sont en bois de noyer, leur surface matte et imbibée d’huile de lin et de lavande me soignent les paumes. Moi je rame. Avec le sourire et les cheveux dans la tramontane. C’est au soleil que s’enivre mon âme. Les grandes villes je les rapetisses à la taille de mon jardin. Et les petites attentions je les reçois en les multipliant. Il y a tout autour de moi une énergie calme et peut-être décidée… Je me visualise comme une plaque à induction. J’ai atteint une précision de réglage et je limite la déperdition. Mais je sais qu’au fond ma nature de cuisinière à gaz est toujours là et je l’aime aussi.

Aujourd’hui j’ai reçu une valise rouge et un petit bateau bleu. L’une j’en ferai mon paquetage pour ma nuit au Beau Rivage ; l’autre je le porte autour du cou avec tendresse et rêverie. Le voyage. La liberté. La passion. La transmission. Des notes qui s’accordent avec ma mélodie intérieure. Même si ma vie de tous les jours ne le montre pas en couverture, ces histoires font partie de mon « moi » en devenir. Ou peut-être de mon « moi » antérieur. Je ne suis pas encore tout à fait au clair. Voyante. J’ai pris rendez-vous pour le 18 août. Mes étoiles ont certainement des choses à me dire.

En attendant, comme Mathieu, Je dis M.

M

The art of negotiation

Last week, I had the wonderful opportunity to participate in a negotiation MasterClass held in Paris. I am happy to share some of my key learnings with you.

Last week, I had the wonderful opportunity to participate in a negotiation MasterClass held in Paris. The teachers, Laurent Combalbert and Marwan Mery, are two prestigious negotiators, famous for inspiring the TV show “Ransom”. I had already done some reading (Negociator will be available in English on Amazon very soon!) on the subject and this course has extended my knowledge on this fascinating topic.

I am happy to share some of my key learnings with you:

– I have always perceived conflict as a negative thing, tending to avoid it as much as possible in my personal and professional life. I now understand the difference between conflict and confrontation: conflict is simply the expression of a disagreement and as such lays the ground for a negotiation. Confrontation, however, is more aggressive – which is exactly why I dislike it. From now on I will no longer view conflict as negative !

– A successful negotiation is made of 80% preparation and 20% agility. Needless to say I will never again enter a negotiation without studying beforehand all the issues at stake, especially those that pertain to other party.

– During a negotiation, always be clear on the position, objective, and stake. They are completely different elements. If one focuses only on the position, one might end up losing the negotiation for lack of addressing the other party’s real interest.

This intensive 2-day class made me realize how we all tend to enter a negotiation the way we enter a sports competition i.e. with the belief that “the winner takes it all”. This is actually the reason why so many negotiations fail! Instead, we should all start by thinking about the other party as our “coopetitor” – a competitor with whom we wish to cooperate.

On a more personal level, I have learned that my cooperative attitude and my empathy are valuable assets and tools – as long as I work on managing my emotions and my lack of assertiveness. Indeed, they will enable me and my coopetitors to end our negotiation with the positive impression that we did all we could to reach a balanced solution.  

I truly wish to pursue this course, to gain more experience and expertise (there are 2 more modules I can attend). I am convinced that it will contribute to continually improve myself as CEO of Forever Institut and Forever Boutique – and also as a mother 😉 !

Suggested reading list for those interested (currently in French only):
– Negociator
– Négociateurs d’élite
– Devenir meilleur négociateur que ses enfants

Happy Beautiful Father’s Day

For Alchimie Forever’s Father’s Day Newsletter, Ada asked me a beauty related wisdom I learned from our dad, but there are so many that I wanted to share more than one with you.

  • Wear sunscreen. Every single day. Even though I’ve heard this my entire life, once in while I forget. I regret it instantly. I feel so stupid because I know that my skin aged one whole year in a single day. I know my shoulders, neckline and upper arms are the most sensitive, so on top of applying and reapplying sunscreen, I try to wear covering t-shirts instead of tank tops whenever I’m in the sun for a while. Also, having a SPF day cream helps me to never forget to protect my face.
  • Do not permanently mark your skin. Since I was twelve, I’ve thought of getting a tattoo, but each time I think about it, I keep hearing my dad’s voice and picturing our clients who come to Forever Institut to remove theirs.
  • Be physically active. It took me a while to understand that one. Growing up I used to horseback ride at least three hours a day so I never knew what not being physically active meant. When I stopped riding, it took me a while to find other physical activities I enjoyed as much and for a long time I felt like I had lost some of my power. A power that comes from within. A power that comes from feeling your body strong.
  • Stay away from your zits. You can definitively see on my face where I resisted the temptation of touching my zits and where I caved in. Thankfully, laser treatments exist to help erase the scars on my face. This will be the next treatment I’ll try this winter at Forever Institut.
  • Beauty should be present in all areas of your life. Create a lovely living and working space. Choose quality over quantity when it comes to clothes. Surround yourself with beautiful art pieces, whether it’s at home or at work. This is one of many qualities I love about my husband Guillaume. Thanks to his sense of esthetics, he makes our home so pretty and chooses the perfect clothes for me.
  • Everyone is beautiful at 20 years old. If you want to stay beautiful as life goes on, you have to take care daily of your skin, body and soul. I try my best, and for now I feel prettier at 31 than I did at 20.

Staycation!

I need a vacation and I venture to guess I am not alone. Yet these crazy times are not conducive to taking time off (owning a business means I am actually working twice as hard to manage the business in a time of crisis), nor to traveling. So this weekend, I am taking a “staycation” instead. 

I am embracing the idea that this weekend is going to be a true mini vacation, without the exhaustion of travel, without the task of packing. This is what my staycation is going to look like. 

  1. I am setting my intention, to unplug, recharge, and rest. 
  2. I am going to sleep 10 hours minimum Friday, Saturday, and Sunday nights. 
  3. I am going to limit my screen time to… well, to less. 
  4. I am going to play tourist in my own city: I can’t wait to walk to the Mall, discover Black Lives Matter Plaza, enjoy a cocktail on an outside patio of a restaurant I have never been to before (the research to find this dream place feels like researching a vacation destination).  
  5. I am going to give myself a facial and full body scrub. 
  6. I am not going to check my work email for 48 whole hours. 
  7. I am going to enjoy my yard, for the first time this season – Saturday date night by the grill with a great bottle of rose, and Sunday morning coffee with a great book. 
  8. I am going to forget about time. 

I am hoping this staycation gives me the fuel needed for another six weeks, when I will hopefully be able to travel to my vacation happy place, Tinos Greece. 

How do you staycation?

Petit carnet d’adresses

Les montagnes russes du confinement, j’en suis encore toute étourdie ! L’inquiétude, la gratitude, l’isolement, la solidarité, l’éloignement, le rapprochement, l’essentialisme, la privation… Ce qui m’a le moins manqué ? La pollution sous toutes ses formes, et le shopping. Ce qui m’a le plus manqué ? Le contact physique, assurément. Mais également certains rituels et lieux de plaisir. J’en partage volontiers quelques-uns avec vous 😊

  1. Mes séances d’ostéopathie avec Camille. C’est un prodige. Quelles que soient mes douleurs (maux de tête, dos, ventre, chevilles et j’en passe) il les fait disparaître en moins d’une heure. Tout en douceur. Je ressors de son cabinet magnifiquement alignée, apaisée et légère. Dorénavant je n’attends plus d’avoir mal pour lui rendre visite.

Camille Troger, Cabinet Thera-centre, 17 rue Saint-Laurent, Genève

  1. Mes séances de coiffure et « beauty talks » avec Lou. C’est une fée. Elle te protège de tes propres mauvaises idées. Ça c’est de la magie ! Elle comprend ton cheveu mieux que toi ; elle ne coupe jamais plus que nécessaire ; n’éclaircit jamais trop ; trouve toujours le moyen de mettre en valeur tes atouts capillaires ; ne t’utilise jamais comme modèle pour tester une nouvelle idée. Résultat TOUJOURS naturel et impeccable. Qui peut en dire autant de son coiffeur ?

Anha Lou, Parallèles Coiffure, 3 Grand-Rue, Genève

IMG_3414

  1. Le sauna au Bains des Pâquis ; suivi d’une baignade dans le lac ; suivie d’un moment de lecture et d’une petite sieste, d’une soupe aux légumes ou d’une salade grecque. Le tout sur le lac.

Bains des Pâquis, 30 Quai du Mont-Blanc, Genève

Bains des Paquis

  1. Le café frappé de Oh Martine. Croyez-moi – j’en ai goûté dans ma vie. Sur les plages de Grèce et les terrasses d’Italie, en passant par les frappuccinos, Cloud Macchiatos et autres mélanges glacés mousseux de chez Starbucks International. J’ai même tenté le « fait maison » durant le lockdown. But nothing compares !

Oh Martine, 6 Route de Chêne, Genève

Oh Martine

  1. Les vins naturels du Tabouret Bar & du Tablar. Je suis particulièrement fan de leurs blancs qui accompagnent parfaitement les petites assiettes d’artichauts, leur brebis frais et pain de campagne. Ambiance copines adultes qui refont le monde.

Tabouret / Tablar, 38 rue de la Coulouvrenière, Genève

  1. L’unique hôtel “so chic” mais pas guindé du bord du lac rive gauche : le Métropole. Son Mirror Bar, lumineux tout en étant feutré, est idéal pour des rendez-vous professionnels ; son MET Rooftop offre une vue sans pareil pour une verrée estivale ; les chambres rénovées invitent à se lover dans l’allégresse ; son personnel est vraiment aimable, à tous les étages !

Hôtel Métropole, 34 Quai du Général-Guisan, Genève

IMG_3485

Depuis le déconfinement, j’ai pu profiter à nouveau de tous ces plaisirs – à l’exception de l’apéro au Tabouret Bar. Le week-end pluvieux qui s’annonce me semble propice 😊

Innover même en temps de crise

Durant la fermeture de Forever et le confinement, mon attention était initialement principalement dirigée sur les stratégies de survie et d’agilité. Mais une fois tout l’aspect administratif réglé et les pare-feu mis en place, ma petite voix de leader intérieure (qui a souvent la tonalité de mon père…) a refait surface. Je me suis rappelé l’importance de voir loin, de rester acteur de notre développement et toujours en accord avec notre valeur d’audace. Peu importe l’incertitude de la situation, il fallait recommencer à penser à l’avenir.

Nous avons la chance d’avoir une Directrice Médicale toujours à l’affût des innovations et prête à me faire partager sa passion pour l’esthétique. Juste avant la fermeture en mars, la Dr. Sophie Menkes était déjà convaincue d’un nouveau produit qui pourrait représenter un grand pas en avant dans l’univers de l’acide hyaluronique ; et nous avons décidé de ne pas brisé notre élan. A peine trois semaines après la réouverture, l’ensemble de l’équipe médicale a donc été formée à l’injection de Profhilo.

Les études cliniques démontrent que le Profhilo retend et réhydrate la peau en profondeur, en améliore la qualité, et restaure une certaine douceur aux traits sans pour autant agir comme un produit de comblement.

Je n’ai testé qu’une fois dans le passé l’injection d’acide hyaluronique et j’ai été sujette à une réaction inflammatoire qui, bien que transitoire, m’a plutôt découragé à retenter l’expérience. Lorsque la Dr. Menkes m’a parlé du Profhilo, et apprenant que sa formule ne contient pas les particules qui selon mon père étaient à l’origine de ma réaction, j’ai décidé de me laisser tenter. Le fait que cet acide hyaluronique n’agisse pas en volumateur m’a aussi séduit – en effet, je n’ai pas (encore) l’impression d’en avoir besoin.

J’étais donc la toute première modèle de la Dr. Debora Schivo à Forever Boutique qui, contrairement à la Dr. Menkes qui injecte a l’aiguille, a choisi une approche à la canule. Il faut savoir que le Profhilo se « dépose » à cinq endroits-clés du visage. Avec l’aiguille, il y a donc cinq points d’injection par côté ; la canule, quant à elle, permet de déposer le produit en ne faisant qu’un point d’entrée au centre de chaque joue, et la canule étant plus longue que l’aiguille, celle-ci se glisse sous la peau pour atteindre, tel un éventail, les cinq points stratégiques (regardez la vidéo sur le compte instagram de la Boutique!).

0795bafb-0eb2-4412-a38c-7199bcdb4d45
les cinq points stratégiques

Je n’ai pas eu besoin d’anesthésie malgré mon niveau d’anxiété assez important (merci Dr. Schivo de m’avoir supporté !), mais l’application de froid sur chaque joue a permis de gérer la légère douleur. Ce n’est pas agréable, le produit brûle légèrement lorsqu’il pénètre sous la peau. Les endroits où le Profhilo a été déposé n’étaient pas lisses le soir-même (cela s’est résorbé en 24-48 heures) et le point d’entrée de la canule était sensible pendant deux à trois jours. Par contre, en repartant de Forever quelques heures après l’injection, personne n’aurait pu dire que je m’étais fait faire quelque chose au visage.

IMG_2871
juste après l’injection

Quatre jours jours seulement après le traitement, je trouve ma peau déjà plus lumineuse et uniforme; et alors que j’applique du fond de teint tous les jours (même en vacances, au grand dam de mon fiancé), je n’en ai pas appliqué ce matin, pour la première fois depuis très longtemps. Je suis par ailleurs persuadée que ces résultats sont d’autant plus beaux que j’ai suivi les conseils de mon père depuis le début du confinement, en appliquant le Discoloration Defense de Skinceuticals deux fois par jour, et le Serum Retinol de Alchimie Forever deux fois par semaine.  

J’ai déjà prévu ma deuxième (et dernière de l’année) séance de Profilho juste avant mon mariage, et je me réjouis alors de partager les résultats, qui seront cliniquement visibles puisque j’ai pris des photos en 3D.

Merci à toute l’équipe de Forever pour votre enthousiasme renouvelé et pour votre soutien quant à notre quête constante d’innovation. 😊

La beauté des mots

Pour mon plus grand bonheur, ma sœur Cyrille a récemment partagé un nouveau texte qu’elle a écrit, un poème magnifique qui m’a profondément touchée et m’a rappelé que les mots sont beaux et que leur maniement est un art.

Certains discours ont le pouvoir d’inspirer, de stimuler, de mobiliser, de convaincre un public. Comme tout pouvoir, il s’accompagne de responsabilités. Si nous avons le pouvoir d’influencer notre monde, qu’elle influence voulons-nous avoir ? Si les mots que j’utilise ont un impact sur mon entourage et sur moi-même, il est important que je choisisse mon vocabulaire pour exprimer exactement ce que je veux transmettre.

La plupart des mots ne sont pas neutres, ils sont porteurs au contraire d’une charge émotionnelle spécifique. Pour transmettre une même information objective, je peux choisir d’utiliser des mots à connotation agressive ou compréhensive. Par exemple quand je dis « ma collaboratrice m’a planté » ou « m’a collaboratrice m’a informée qu’elle ne pourra pas honorer son contrat », l’information est la même mais le message et l’émotion ressentis ne le sont pas.

Les mots que nous utilisons pour exprimer nos pensées modulent nos émotions. Donc en utilisant des mots chargés de négativité je me crée des émotions négatives et si d’autres autour de moi adoptent mes mots ils se créent également des ressentis similaires et ainsi de suite. Si je ne fais pas attention à mon langage, je peux potentiellement diffuser mon inquiétude à tout mon entourage. Est-ce réellement ce que j’ai envie de faire ?

Il y a peu de chose que nous pouvons contrôler dans ce monde, mais notre langage en est une et à travers lui je peux à la fois contrôler ma réalité et influencer celle des autres. J’essaie de me le rappeler d’autant plus en ce moment en raison de la situation crée par le Coronavirus. En ce moment je perçois beaucoup de peur et d’angoisse autour de moi en lien avec la maladie, l’incertitude, la mort, la reprise du travail… Une chose concrète que je peux faire pour aider c’est, par exemple, d’utiliser un champ lexical d’apaisement plutôt qu’un champ lexical martial qui aura tendance à mettre de l’huile sur le feu et d’entretenir des émotions de panique.

Comme le dit très justement Clotilde Dusoulier dans son Podcast «Le langage de la crise», les mots qu’on utilise en cas de crise vont avoir le pouvoir de soit magnifier notre perception de la gravité du risque et du danger et générer de la peur ou vont avoir le pouvoir de mettre les choses en perspective pour qu’on puisse envisager le présent et l’avenir avec calme. Je pense que c’est d’ailleurs pour ça que je reprends les enfants autour de moi quand je les entends utiliser un langage que je trouve grossier. Quand un enfant utilise un champ lexical grossier, il est probablement en train de traverser une crise, et ce champ lexical ne va qu’envenimer leurs sentiments d’impuissance et ne va ni les aider à réfléchir ni à grandir.

Les mots sont beaux. Les mots sont importants.

 

Reopening… to the new normal

Over the past week, we have started to see some states (in the US) and some countries begin to reopen – including the reopening of various beauty businesses. In Georgia for example, salons reopened last Friday April 24th (the first state to reopen salons). Across the pond, Switzerland reopened this past Monday April 27th, and their beauty businesses including salons, spas, and medical spas were allowed to reopen during Phase 1. 

At least here in the US, this reopening of salons in Georgia has generated much controversy. The naysayers have said things such as “It’s too early.” “It’s all about vanity and beauty should wait.” “It’s not safe.” On the opposite end of the spectrum, many stylists and salon owners are thrilled to be back to work, and guests are flocking to the salons to get long overdue services. This article gives a great overview of the debate.

As a consumer of all things beauty, I look forward to returning to my favorite Washington DC salons and spas whenever the local government deems it safe.  

As a participant in the beauty industry, I know that state boards of cosmetology are working around the clock to issue the best possible safety guidelines that will shape our new normal. We will see new personal protective wear for therapists and guests, including masks, face shields, gloves, and more. New restrictions on how many people can be in salons and spas at the same time. New policies for waiting areas (bye bye magazines and beverage services) and for check in and check out (online payment and rebooking is more relevant today than ever). And more. 

As a Polla sister, I admire the work Rachel and Cyrille have done to create new systems at Forever Institut and Forever Boutique to welcome our patients back. And I am so very grateful for our patients who are trusting us to continue to create a safe environment for them, and provide the highest quality treatments. 

And as a human, I ask that we all be kind, considerate, and compassionate with one another during this time of transition. We are, truly, all in this together, albeit all in different boats. 

Ma quarantaine

J’ai profité du confinement pour écrire. Et j’ai découvert que la quarantaine me préparait à ma quarantaine. “Pause. Listen. Play”. Un poème.

La quarantaine, je la savais proche

Un paysage intérieur, un appel sans reproches

Un littoral, un printemps qui lévite

Une renaissance sans point de fuite

La petite refuse de grandir. Elle se réfugie dans les bras du passé, sur le radeau rapiécé, dans sa valise volante, sa maison ambulante. Elle se murmure en boucle un dialogue innocent et retarde l’heure du couché.

La quarantaine avec sa longue trêve

Avance sur l’empreinte de mes rêves

Une lune croissante au relief familier

Eclaire l’isolement qui m’était annoncé

On vient me chercher, on veut me prendre, pour effacer ma mémoire et me reprogrammer. Je ne veux entrer ni dans les rangs ni dans les ordres. Un champ de bataille. Je retiens ma respiration pour rester encore sous l’écho de l’eau.

La quarantaine, mon acolyte

Sème les divisions, les paires et les suites

Nous dansons découvertes face au miroir

Il nous reste encore les fonds de tiroirs

Je me cache dans l’armoire, ensevelie sous les tissus de mon enfance. Ici, personne ne me trouvera. Pas même le magicien, l’homme en noir, le chien.

La quarantaine pour déconstruire

Voir autrement, ne pas s’enfuir

La quarantaine, rite de passage

Un nouveau rythme, un nouvel âge

Je m’orne de chrysanthèmes, je trompe la mort par mise en scène, je m’élance puis je me freine, j’égraine le pain comme un chapelet entre mes mains.

La quarantaine me rallume

Je prends mon souffle, mon ère, ma plume

Je prends le temps de tresser les lierres

Qui s’allongent et s’entortillent comme ma crinière

Accorde moi cette dernière danse, avant de t’en aller. Un pas de deux, un adieu, je sortirai vainqueur.

La plaine au large de la quarantaine

Je suis sereine, je suis sirène

Capitaine de mon épique navire

À la conquête de mon avenir

Souris, souris sors de ton nid, enjambe la mer, traverse les frontières, ne garde sur toi que le cœur en émoi. Pour l’avant, pour l’après, pour celles que tu es. Tu ne te perdras point dans les dédales de ton esprit.

IMG_3981

IMG_1884

 

 

 

Infinie gratitude

Cette période de confinement met tout le monde à rude épreuve, pour différentes raisons. Certains traversent des épreuves familiales ou de santé, d’autres des difficultés financières ou organisationnelles. Personnellement, le moment le plus traumatisant pour moi a été d’avoir dû fermer les portes de Forever Institut et Boutique le 16 mars au soir et j’ai vécu les semaines les plus difficiles au niveau entrepreneurial que j’ai eu à vivre.

Etant désormais sortie de cet état post-traumatique de stupeur et de révolte, je réalise que cette période peut être une réelle source d’opportunité : pour certains, ce sera de changer de vie ; pour d’autres de réaliser que chaque métier, chaque maillon de la chaîne, compte – et doit être respecté ; pour d’autres encore ce sera de faire évoluer leur entreprise ou leur manière de vivre…

Personnellement, l’un des sentiments que cette situation inattendue m’apporte est une infinie reconnaissance et la réalisation cruelle mais nécessaire que je prenais trop de choses pour acquises, et notamment :

  • Ma liberté d’action : en tant qu’entrepreneur, on travaille tout le temps, mais notre chance est d’avoir une certaine flexibilité dans l’aménagement de son temps (dépendant des périodes bien sûr). C’était facile et presque naturel d’organiser des petits moments de bonheur spontané comme une verrée entre amis ou collègues dans mon bar habituel, à la dernière minute ; ou de m’offrir une escapade amoureuse ou en famille dans un coin de paradis… j’ai le privilège de pouvoir m’offrir ces plaisirs.
    Cette période m’a ouvert les yeux sur le sens du sentiment de liberté. Car en fin de compte, on peut le créer en nourrissant notre jardin intellectuel et en sachant s’adapter à notre environnement : j’ai découvert une nouvelle routine de retrouvailles avec mes sœurs, entre amis ou collègues, chez moi et en mode « virtuel », les joies d’une vie familiale renforcée (nous avons accueilli les enfants de mon fiancé) et le bonheur procuré par une vie malgré tout plus lente.

 

  • L’insouciance : j’ai probablement un biais suisse, car nous n’avons pas souffert d’attentats alors que de multiples pays ont été témoins de la violence accrue de ces dernières années ; mais mon insouciance passée – avec comme principales préoccupations celles de m’assurer que nos entreprises familiales fleurissent et que ma fille se développe bien – me manque !
    Depuis quelques semaines… je développe une autre forme d’insouciance, celle développée par la conviction fondamentale que l’épreuve rend plus fort. Elle alimente ma conviction que tout est possible, pour autant qu’on prenne ce que la vie nous offre, à chaque instant.

 

  • La dynamique du développement et des projets : j’ai grandi dans une famille d’entrepreneurs, nos projets nous ont toujours nourris et réunis. Quand l’état d’urgence a été décrété le 16 mars dernier, j’ai cru un instant que mon monde s’effondrait, que je perdais tout ce que j’avais investi en énergie et en sueur ces quatre dernières années… et puis mon père, le Dr. Luigi L. Polla, a eu ces mots qui continuent, plus de trois semaines plus tard, de résonner en moi : « Rachel, si on doit tout recommencer, alors ce sera aussi une chance, tu sais ; et on recommencera. Différemment, peut-être ; mais ensemble ». D’autant plus surprenant que cette dynamique de renouvellement vienne de la génération de mon père. Il m’a offert le plus bel exemple de résilience, a calmé mes esprits, et m’a permis de me relancer dans une perspective d’avenir.

Le confinement ne durera qu’un temps – plus ou moins long ; quand nous avons la chance d’habiter dans notre merveilleux pays, d’être entouré d’amour, d’avoir un toit et de jouir d’une excellente santé, il n’appartient finalement qu’à nous de nous apaiser et de décider de ce qui adviendra après.

sasha reine